Ralentissement des économies asiatiques en raison de l’augmentation des cas de COVID-19

Ralentissement des économies asiatiques en raison de l’augmentation des cas de COVID-19

Le PIB de la Thaïlande devrait rebondir à un faible taux de 1,9 % en 2021, soit la croissance la plus lente parmi les principales économies d’Asie du Sud-Est.

Les économistes prévoient que la Thaïlande connaîtra probablement une stagnation économique en raison de l’incapacité des citoyens et des gouvernements thaïlandais à lutter efficacement contre les cas de COVID-19 et les variations infectieuses au sein de leur pays ; cela entraînerait d’autres pays comme l’Inde ou la Malaisie, qui connaissent encore eux-mêmes certains de ces problèmes, à se redresser encore plus lentement qu’ils ne l’ont déjà fait en raison du manque d’échanges avec les nations voisines qui pourraient leur fournir les ressources nécessaires aux efforts de redressement.

Les perspectives économiques des six pays étudiés sont positives, tous affichant un revirement par rapport à la baisse de leur PIB l’année dernière, due à la maladie COVID-19. Toutefois, cette recrudescence des taux d’infection pourrait également entraver la croissance en 2020 et 2021, même si la Thaïlande devrait enregistrer une croissance de 1,9 % d’ici là, ce qui serait inférieur à celle d’autres pays.

Les épidémies de COVID-19, qui sont la principale raison pour laquelle la Thaïlande a été rétrogradée au rang de pays à haut risque par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis, ont eu des effets désastreux sur l’industrie touristique thaïlandaise. En outre, avant même la publication de cet avertissement au début du mois de juillet, il semblait déjà que le nombre de touristes était en baisse, principalement parce que les autorités thaïlandaises ont interdit aux touristes l’accès à des sites populaires tels que l’île de Koh Tao, à Bangkok, après les avoir déclarés à « risque extrême », suite à des rapports locaux indiquant que plus de 10 000 personnes avaient été infectées par le virus.

Inspirée par le succès du modèle de Singapour, qui lui a permis de maintenir un faible nombre de cas de COVID, la Thaïlande ouvre son île de Phuket, auparavant interdite, dans l’espoir d’attirer les touristes étrangers. Le gouvernement prévoit d’utiliser cette campagne comme un moyen de produire davantage de revenus afin de relancer le secteur du tourisme. Cependant, le risque et l’imprévisibilité de telles initiatives font craindre l’apparition d’autres épidémies.

Le gouvernement malaisien cherche désespérément à stopper la propagation du virus qui infecte sa population et a donc récemment annoncé un confinement national. La mesure, qui n’était initialement en vigueur que pendant 10 jours, a ensuite été prolongée par des restrictions plus strictes sur les déplacements. Les infections continuant à augmenter à un rythme alarmant, les autorités espèrent que ces mesures les aideront à contrôler la propagation de l’infection avant que d’autres vies ne soient perdues en raison du manque de connaissances sur la dangerosité de cette maladie si elle n’est pas traitée immédiatement. Avec l’aide de 36 milliards de dollars liée au COVID, la Malaisie espère maintenir sa position de puissance économique de l’Asie. Pendant ce temps, en Inde, une nouvelle étude prévoit une baisse de la croissance de plus d’un point. Cela est dû principalement au fait que l’Inde connaît ce que l’on ne peut décrire que comme une épidémie avec plus de 6 000 décès par jour en ce moment, ce qui a incité de nombreux économistes et analystes du monde entier à prévoir des perspectives réduites de succès futur pour l’Inde.

Les Philippines et l’Indonésie luttent pour maintenir leur taux de croissance économique, tandis que Singapour affiche de bons résultats en comparaison. Les économistes prévoient que l’économie philippine connaîtra une croissance de 4,3 %, mais cette projection représente une baisse de 0,9 point de pourcentage par rapport à leurs précédentes projections consensuelles pour 2021, ce qui montre à quel point il est difficile ces derniers temps pour des pays de suivre l’augmentation de la demande mondiale, principalement due au ralentissement du PIB de la Chine, qui tente non seulement de rattraper son retard sur le plan économique, mais aussi d’éviter de tomber dans un cycle de pauvreté de plus en plus grave dans son pays, où 42 millions de personnes vivent avec moins de 2 dollars par jour en moyenne.

Les restrictions imposées à l’activité économique devenant plus prévisibles, des signes de reprise ont été observés dans tous les secteurs. La forte demande mondiale en produits électroniques a également donné un nouvel essor. Tous ces facteurs indiquent qu’il y aura une augmentation de la croissance dans de nombreux pays asiatiques cette année et l’année prochaine également, la Chine étant en tête avec 6 %. Le COVID reste l’un des risques les plus élevés pour l’économie asiatique.

Partager cet article