La répression d’Internet en Chine est une autre étape vers un « État totalitaire numérique »

La répression d’Internet en Chine est une autre étape vers un « État totalitaire numérique »

Le président Bill Clinton s’est un jour moqué des tentatives de la Chine pour limiter la liberté d’expression sur interne: « Bonne chance, » a-t-il dit, « C’est un peu comme essayer de clouer Jell-O au mur. »

Mais 17 ans plus tard, Pékin prend des mesures pour isoler l’Internet chinois du monde extérieur, tout en renforçant radicalement la surveillance numérique de ceux qui y vivent et en réprimant l’anonymat en ligne.

Les autorités chinoises ciblent les réseaux privés virtuels (VPN) et d’autres outils qui sont utilisés pour contourner le  » Great Firewall « , le système de censure d’Internet strict du pays. Les VPN permettent l’anonymat et l’accès à des sites Web interdits ou bloqués, tels que Facebook et Twitter, jusqu’ à récemment largement utilisés en Chine.

A partir du 1er octobre, les utilisateurs qui affichent des commentaires sur des plateformes Web ou d’autres forums Internet devront utiliser leur identité réelle. Les contenus interdits sont notamment ceux qui portent atteinte à l’honneur de la nation, mettent en danger la sécurité nationale, répandent des rumeurs et perturbent l’ordre social. La liste comprend tout ce que les autorités n’aiment pas.

Le cyber-régulateur chinois a interdit tous les VPN qu’il n’ a pas approuvés, ce qui a entraîné des fermetures dans tout le pays. Apple a retiré les VPN de son app store chinois, dans un geste qu’Amnesty International a qualifié de  » décision déplorable « .

Distraire l’internaute et faire dévier les sujets

chine internet censureJusqu’ à présent, le Grand Pare-feu, bien que redoutable, était poreux. C’est en partie à cause des VPN, mais aussi à cause de l’ingéniosité des internautes eux-mêmes, qui jouent au chat et à la souris avec les autorités. Les tentatives antérieures d’enregistrement de noms réels n’ont pas été largement appliquées.

Le pare-feu a fonctionné en bloquant des sites Web spécifiques et par l’utilisation de filtres de mots clés, empêchant les recherches de mots ou de phrases sensibles, comme « démocratie », « Tiananmen » ou « 4 Juin », la date du massacre de 1989 dans et autour de la place Tiananmen. Cet élément automatisé est complété par une police de l’Internet estimée à 100 000 personnes qui vérifient le contenu.

Le système est devenu de plus en plus sophistiqué, employant jusqu’ à 2 millions de personnes supplémentaires pour rejoindre et diriger les conversations et les débats, selon les médias parrainés par l’État chinois, car cela semble plus efficace que de simplement les bloquer. Ces loyalistes ont été surnommés l’ « Armée du 50 Cent », puisque chaque membre est prétendument payé cette somme chaque fois qu’ils postent en faveur du Parti communiste.

Le système a été analysé plus tôt cette année par trois universitaires américains: Gary King de l’Université Harvard, Jennifer Pan de l’Université Stanford et Margaret Roberts de l’Université de Californie à San Diego.

Ils estiment que le gouvernement chinois « fabrique et publie environ 448 millions de commentaires sur les médias sociaux par an » Ils disent que l’opération est massive et secrète, le but étant de « distraire le public et de changer de sujet ».

Xi Jinping ou bien Winnie l’Ourson?

Avant même l’interdiction du VPN, le président chinois Xi Jinping avait progressivement resserré les contrôles, renforçant le pare-feu alors que les utilisateurs avaient trouvé des moyens de contourner la censure en utilisant des symboles, des images ou des acronymes pour commenter les événements ou se moquer de leurs dirigeants. L’une des images les plus populaires pour Xi, une image de Winnie l’Ourson, qui semble partager le physique du président, a récemment été proscrite par la censure.

La Chine a construit le système de contrôle d’Internet le plus étendu du monde, mais bien qu’elle ait toujours été méfiante à l’égard des VPN, essayant sporadiquement de les bloquer, elle avait toléré à contrecoeur leur utilisation jusqu’ à récemment. Cela est dû en grande partie à leur adoption généralisée par les chefs d’entreprise et les universitaires, qui privilégient les communications sécurisées et l’accès à des informations non filtrées en provenance de l’extérieur de la Chine.

internet censoship chineLes dernières avancées suggèrent que ces préoccupations sont éclipsées par le désir du Parti communiste d’exercer un contrôle plus poussé. Pékin a donné l’assurance que des VPN « officiels » seront mis à la disposition des entreprises qui en ont besoin, mais cela risque de déclencher d’autres alarmes, étant donné les accusations généralisées d’espionnage économique et de vol de propriété intellectuelle en Chine.

ExpressVPN, l’un des plus gros fournisseurs, a déclaré que « cette initiative constitue la mesure la plus radicale prise par le gouvernement chinois pour bloquer l’utilisation des VPN à ce jour, et nous sommes troublés de voir Apple soutenir les efforts de censure de la Chine. »

Un porte-parole du ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information a déclaré que les nouvelles règles sont pour le « nettoyage et la normalisation » de l’accès à Internet. Apple dit qu’il n’obéit qu’à la loi.

Le South China Morning Post a rapporté qu’un jeune homme de 26 ans avait été emprisonné pendant neuf mois pour avoir vendu un logiciel VPN qui permettait aux utilisateurs de « visiter des sites Web étrangers auxquels on ne pouvait pas accéder par une adresse IP de la Chine continentale ».

La répression a été légalisée par une nouvelle loi sur la cybersécurité, introduite en juin. James Zimmerman, président de la Chambre de commerce américaine en Chine, a qualifié cela de « retour en arrière pour l’innovation en Chine ».

Le Blocage des images est devenu standard

Les chercheurs dénoncent la répression des VPN, ils disent qu’il y a un réoutillage plus concerté du Great Firewall. Citizen Lab, un groupe de l’Université de Toronto qui étudie la censure sur Internet, a trouvé des images de Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la paix, bloquées à mi-parcours d’une conversation sur WeChat, une plateforme chinoise populaire. Cela a fait suite à la mort d’un militant des droits de l’homme alors qu’il était en garde à vue.

Le rapport de Citizen Lab décrit ceci comme la première fois que nous voyons le filtrage d’images dans les chats individuels, en plus du filtrage d’images dans les chats de groupe et les moments WeChat. »

Lotus Ruan, l’un des chercheurs du Citizen Lab, spécule que les dernières mesures répressives pourraient être liées au prochain Congrès du Parti communiste, maintenant confirmé à commencer le 18 octobre. L’événement clé confirmera la nouvelle liste des leaders et établira l’orientation stratégique.

La censure sur l’internet chinois s’accentue autour d’événements politiques ou sensibles, a-t-elle dit, mais elle a ajouté qu’il pourrait également s’agir d’une tendance à long terme pour ce qu’elle décrit comme le système chinois  » intranet  » de plus en plus fermé et séparé du reste du monde de l’internet.

C’est ce qu’affirme la Electronic Frontier Foundation, un groupe de défense de la vie privée et de la liberté d’expression, qui croit que la meilleure indication de la direction que prendra la répression viendra plus tard cette année, après le Congrès. Si les VPNs restent absents, cela pourrait signaler un virage encore plus sombre pour la censure de l’internet chinois, selon un rapport de l’EFF.

Sécuriser la « souveraineté de l’Internet ».

Il y a d’autres preuves que les dernières mesures répressives ne sont pas seulement le flux et reflux de la censure, et font partie d’un effort concerté du Parti communiste pour affirmer ce que Xi appelle la  » souveraineté de l’Internet « .

Cambridge University Press a récemment bloqué l’accès en ligne, en Chine, à 300 articles parus dans son principal journal sur le pays, qui ont été jugés politiquement sensibles par Pékin. Il les ont rétablis après de vives critiques pour collusion avec la censure chinoise.

Le South China Morning Post a participé à la Foire du livre de Pékin et a rapporté que la Cambridge University Press n’est pas le seul éditeur occidental pratiquant l’autocensure. Il a cité plusieurs autres qui ont dit qu’ils gardaient systématiquement les sujets sensibles hors des publications disponibles en Chine.

Les éditeurs, ainsi que les entreprises de technologie comme Apple, voient dans le respect de la censure chinoise le prix à payer pour avoir accès à ce qu’ils espèrent être un marché lucratif.

Des efforts sont également en cours en Chine pour développer un système de crédit social, l’idée étant d’encourager un comportement acceptable en ligne en récoltant et en analysant le comportement numérique. Les développeurs affirment que cela aidera à éliminer la fraude et fournira une mesure de la solvabilité individuelle. Mais le gouvernement s’intéresse aussi de près à la question, voyant son potentiel de gestion sociale, évaluant la loyauté en analysant la façon dont un individu utilise les médias sociaux, ce qu’il affiche et partage, et les sites qu’il visite.

Les implications de ce type d’analyse de données de grande envergure suscitent également l’alarme en Occident, mais la différence est qu’en Chine, il y a un manque presque total de confidentialité sur Internet. Les utilisateurs ont été décrits comme des utilisateurs qui courent nus en ligne, avec leurs données entièrement exposées et non protégées.

Alors qu’il se pourrait bien que les derniers niveaux de censure s’envolent après le prochain Congrès du Parti communiste, des outils sont en cours de developpement pour renforcer le Grand Pare-feu, en cimentant les trous et en construisant derrière lui un intranet séparé que le magazine Economist a surnommé  » l’Etat totalitaire numérique « .

Partager cet article

Publier un commentaire